Chronique d’un Berthelais 1: Faits géographiques et historiques de Berthier-sur-Mer


Pour commencer ces séries de chroniques sur Berthier-sur-Mer et ses environs. Les sujets y seront variés : l’histoire, les activités et tout simplement la vie dans le coin.

Aujourd’hui je vous présente les faits géographiques et historiques qui ont marqués Berthier-sur-Mer. Si il y a des informations erronnées faites moi le savoir et je me corrigerai aussitôt. En faisant mes recherches j’en ai beaucoup appris sur le village que j’habite depuis près de 4 ans, moi arrivant de l’est Cap-Saint-Ignace (1974-1999) et transitant pendant 5 ans à Montmagny (1972-1974 et 1999-2004).

Les Armoiries:

La conception des armoiries s’inspire de la géographie de la région. Les barres ondées alternativement blanches et bleues représentent le fleuve Saint-Laurent. La bande verte symbolise les forêts et l’agriculture. Elle est courbée pour faire allusion aux endroits plus montagneux et aux anses du fleuve. Le bleu du haut représente le ciel. La barre blanche entre le bleu et le vert a surtout pour objet de trancher clairement entre ces deux couleurs. Elle pourrait aussi faire allusion aux pistes cyclables qui peuvent servir également au ski l’hiver. Le soleil surplombant le tout est essentiel aux activités récréatives aussi bien qu’à l’agriculture. Il se dégage de l’ensemble une impression d’eau, de verdure et d’ensoleillement, tout ce qu’il faut pour faire plaisir aux vacanciers.

La tête de taureau du cimier fait allusion aux armoiries des Berthier du Périgord d’où provenait le seigneur Alexandre Berthier alors que la feuille de chêne rappelle les armoiries des Saint-Aignan de Normandie et le premier seigneur, Nicolas Marsolet de Saint-Aignan.

Données géographiques:

Superficie du territoire : 26,05 km².

Population : 1 365 habitants auxquels s’ajoute plus de 1 000 résidents en période estivale.
La municipalité de Berthier-sur-Mer est située sur la rive sud du fleuve St-Laurent à quelques 60 kilomètres à l’est de Québec. Accès : Route 132 ou Autoroute Jean-Lesage (20). La municipalité étant située sur le bord du fleuve, et ayant des abris naturels (Anse de Bellechasse, Anse Verte, plage de Berthier, Trou de Berthier), les principales occupations des habitants étaient l’agriculture (culture du blé, du seigle) et la navigation dont plusieurs capitaines demeuraient à Berthier. Les marins de notre paroisse travaillaient sur de petits bateaux au service du gouvernement fédéral, sur des drageurs et de petits cargos. Ils ont toujours eu la réputation d’être courageux, travailleurs adroits de leurs mains et toujours disposés à aider leurs compagnons, mais difficiles à commander et attachés à leurs idées d’une façon tenace, d’ou le surnom de  » Casque de fer « . Maintenant on les surnommes Berthelais.

Données historiques:

1637 (28 mars) Concession d’une seigneurie (1/4 de lieue de front sur le Saint-Laurent, sur 1 1/2 lieue de profondeur) à l’est du ruisseau Bellechasse, par la Compagnie de la Nouvelle-France à Nicolas Marsolet de Saint-Aignan qui la nomme Bellechasse.

1672 (29 octobre) Reconcession de la seigneurie (2 lieues de front sur le fleuve sur 2 lieues de profondeur) par l’intendant Jean Talon à Isaac de Villemure dit Alexandre Berthier qui la nomme Berthier-en-Bas.

1678 (3 octobre) Érection canonique de la paroisse Notre-Dame-de-l’Assomption-de-Bellechasse ; son territoire couvre une partie de la seigneurie de Berthier-en-Bas.

1719 Construction de l’église Notre-Dame-de-l’Assomption.

1757 Nomination du premier curé résidant de Notre-Dame-de-l’Assomption

1813 (8 juillet) La seigneurie est louée par l’Hôpital Général de Québec à Claude Dénéchau par bail emphitéotique d’une durée de 29 ans ; en contrepartie, Dénéchau s’engage à reconstruire le moulin banal, à payer une rente et à fournir annuellement 450 monots de blé à l’Hôpital. Dénéchau fait construire son manoir en bordure du fleuve.

1845 (8 juin) Constitution de la municipalité de Notre-Dame-de-l’Assomption-de-Bellechasse.

1853 Un quai était construit par le gouvernement fédéral. Des années 1940 à 1960 il servit de port d’attache aux goélettes qui transportaient du bois de pulpe vers Québec.

1855 (1er juillet) Constitution de la municipalité de la paroisse de Berthier-en-Bas

1971 La municipalité de Berthier-en-Bas adopte le nom de Berthier-sur-Mer.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s