Chronique d’un Berthelais 8: Visite de la Biélorussie



Pour le 100e article j’ai décidé de parler d’une expérience spéciale que nous vivons cet été. Depuis le 29 juin dernier nous hébergeons à la maison Ania Kamarova, elle a huit ans et vient de la la région de Moghilev en Biélorussie. C’est dans le cadre de Séjour Santé Enfants Tchernobyl qu’elle vient se refaire une santé suite à l’explosion de la centrale nucléaire en avril 1986. Le but est de faire baisser le taux de radiation dans son corps. Dans son pays tout est radié; les légumes, le lait, les animaux et l’air. Voici ce que Sylvain Fournier, journaliste bien connu dans la région a fait paraître dans l’hebdo l’Oie Blanche du 26 juillet et dans le quotidien le Soleil du lundi 28 juillet. Il a écrit deux excellents papiers qui résume bien la situation et l’expérience que nous vivons. Pour en apprendre davantage sur la Biélorussie rendez-vous sur le blog de Mikael ou sur la région de Moghilev. Bonne lecture.

Pour voir l’article du Soleil

Pour voir l’article dans l’Oie Blanche



Chronique d’un Berthelais 7: Le Manoir Dénéchaud

Le Manoir Dénéchaud

Ce Manoir fut construit entre 1673 et 1708. Connu à l’origine sous le nom manoir de Berthier . Ce Manoir fut construit par la famille Rigaudville et fut habité par Claude Dénéchau. Ce manoir était situé à la Marina.


Qui est Claude Dénéchau? (1768-1836)
Né à Québec et baptisé dans la paroisse Notre-Dame, le 8 mars 1768, fils de Jacques Dénéchaud, chirurgien et apothicaire, et d’Angélique Gastonguay.

S’intéressa assez tôt au commerce. S’associa à son frère Pierre avant de faire du commerce d’import-export pour son propre compte. Hérita en 1801 d’une partie de la seigneurie de Saint-Hyacinthe. Acquit en 1811 un domaine à Berthier (Berthier-sur-Mer) et, en 1813, devint locataire de la seigneurie de Bellechasse. Après 1813, s’installa à Berthier tout en conservant une résidence à Québec. Nommé caissier suppléant au Bureau des billets de l’armée en 1814. Prit un associé en 1818 afin d’exploiter un pont à péage sur la rivière du Sud. Quitta définitivement Québec en 1829-1830.

Élu député de la Haute-Ville de Québec en 1808. Réélu en 1809, 1810, 1814, 1816 et avril 1820. Appuya le parti des bureaucrates durant ses six mandats. Ne se serait pas représenté en juillet 1820.

Officier de milice, participa à la guerre de 1812; promu lieutenant-colonel en 1828. Fut secrétaire-trésorier, puis président, de la Société du feu de Québec; secrétaire-trésorier de la Compagnie de l’Union de Québec; président, puis vice-président, de la Société bienveillante de Québec. Souscrivit à la Loyal and Patriotic Society of the Province of Lower Canada en 1813. Reçut des prix de la Société d’agriculture de Québec en 1818. Obtint plusieurs postes de commissaire et fut juge de paix pour le district de Québec. Franc-maçon à compter de 1800, devint grand maître provincial en 1820; abandonna la franc-maçonnerie quelques mois avant sa mort.

Décédé à Berthier (Berthier-sur-Mer), le 30 octobre 1836, à l’âge de 68 ans et 7 mois. Inhumé dans l’église Notre-Dame-de-l’Assomption, le 3 novembre 1836.

Avait épousé dans la paroisse Notre-Dame, à Saint-Hyacinthe, le 23 juin 1800, Marianne-Josette Delorme, fille de Jacques-Hyacinthe Simon, dit Delorme, seigneur de Saint-Hyacinthe, et de sa seconde femme, Marie-Anne Crevier Déchenaux; puis, dans la paroisse Notre-Dame de Québec, le 26 mai 1807, Adélaïde Gauvreau, fille de Louis Gauvreau et de sa première femme, Marie-Louise Beleau.

Acquis à la fin des années 80 le site du manoir Dénéchaud et le quai, acquis par la municipalité offrent à la population un accès direct au fleuve, et forment avec la marina publique et les Croisières Lachance un site récréotouristique majeure. La municipalité a perdue un énorme joyau de l’histoire, il n’en reste que le souvenir.

Le Manoir en 1927 (vue du nord)

Le Manoir en 1939 (vue du sud)

Le Quai en 1960 avec le Manoir en arrière plan

Maintenant c’est la marina qui prend la place, voici les restes de la cheminée, un triste souvenir

La Marina de Berthier-sur-Mer

Chronique d’un Berthelais 6: De la visite nocturne

De la visite nocturne…
Depuis janvier nous recevons à la maison de la visite nocturne. Il vient toujours à la tombée de la nuit pour manger, ce pauvre chat abandonné en plein hiver doit se battre contre le froid, le manque de nourriture. Il est très sauvage mais tranquillement il nous apprivoise, au début il se sauvait lorsqu’il nous voyait dans la fenêtre, maintenent il nous regarde mais se sauve lorsque je sors. Il est maigre, la queue ébouriffée mais très beau. C’est l’attraction de la soirée à la maison et fait la joie de Jasmin.

Chronique d’un Berthelais 5: La tempête du siècle

La tempête du siècle…

De samedi à dimanche nous avons été foudroyé par une tempête que je qualifie de tempête des années 2000. Les rafales de vent ont atteint à Berthier 110km/h.

Dans l’anse de Berthier les dommages sont considérables; bardeaux d’asphhalte arrachés, sofite envolé, vinyle parti, et même baie window défoncée et en prime une lame de neige dans le salon.

De vendredi à dimanche, il est tombé 41,7 cm de neige à l’aéroport de Québec, lieu de mesure des précipitations. C’est presque autant que la moyenne de 49 cm que reçoit la capitale pour tout le mois de mars. En date de dimanche, la région avait reçu 460,1 centimètres, éclipsant l’ancienne marque de 457,7 en 1965-66 selon ce qu’a confirmé lundi Environnement Canada. Le météorologue Pierre Lessard estime qu’à Québec, il y a maintenant de bonnes chances d’atteindre les 500 cm.

Voici le résultat de la tempête en photos

Chronique d’un Berthelais 4: Jean Lesage à Berthier-sur-Mer

Jean Lesage à Berthier-sur-Mer
Sculpté par Raoul Hunter en 1989, fait de bronze d’une hauteur de 4pieds et 3 pouces (130 cm) le dévoilement a eu lieu en 2005.

Ce buste qui appartenait à la ville de Québec mais sous le règne de Jean-Paul L’Allier, le péquiste hautain et arrogant, a décidé du haut de sa tour d’ivoire de le mettre au rancart dans un entrepôt. Depuis la fin des années 80 le buste étouffé par la poussière a retrouvé vie avec l’aide de M. Gilbert Normand (député fédéral). Il fut offert à la municipalité de Berthier-sur-Mer et a été placé à l’intersection de la rue des Peupliers et de l’Anse. L’endroit est un parc qui porte son nom près du chalet familial des Lesage (entre1947 et 1959) alors qu’il était député dans Montmagny-L’Islet.

Voici son chalet version 2008

Voici quelques faits de sa vie :
· Jean Lesage naît à Montréal le 10 juin 1912
· À 22 ans, il est admis au Barreau du Québec
· À 32 ans il est élu député libéral aux élections fédérales
· En 1953, le premier ministre Louis Saint-Laurent lui confie le ministère
des Affaires du Nord et des Ressources nationales
· 1953 se présente à la direction du Parti libéral du Québec, remportant
une victoire écrasante.

· Jean Lesage devient premier ministre le 5 juillet 1960 et occupe ce
poste jusqu’au 16 juin 1966. Coup sur coup naissent les ministères
des Affaires culturelles (Georges-Émile Lapalme), de l’Éducation
(Paul Gérin-Lajoie) et des Ressources naturelles sous René Lévesque.
Lorsque ce dernier réclame la nationalisation de l’électricité,
Jean Lesage hésite mais accepte de consulter l’électorat en 1962.
Il triomphe et la voie est pavée pour la création d’Hydro-Québec.
Côté éducation, le système est restructuré et les cégeps naissent.
La révolution est en marche.

· Le 28 août 1969, il quitte le parti Libéral mais demeure en
fonction jusqu’au congrès du leadership en janvier 1970.

· Jean Lesage meurt le 12 décembre 1980, à l’âge de 68 ans.

L’aéroport de Québec, un boulevard de la Vieille Capitale et l’autoroute 20 portent son nom.

Une Révolution tranquille : L’effervescence: 1960-1966

Chronique d’un Berthelais 3: L’hiver à Berthier-sur-Mer

L’hiver à Berthier-sur-Mer

Berthier-sur-Mer c’est un lieu de plein air, l’été c’est le fleuve où l’on peut faire du kayak, du voilier, de la planche à voile, du kite, profiter de la marina ou de la plage pour décompresser, et faire du vélo sur la Route Verte.

L’hiver n’est pas dépourvu car on retrouve une piste de ski de fond de 10 km et un sentier de raquette de 6 km. Le départ pour ces activités hivernales se situe sur la route de l’Étang en face du garage Arctic Cat sur le Boulevard Blais Est (132). Vous faites environ 100 mètres et et à votre droite c’est le départ et c’est GRATUIT…

Dans ce bois on retrouve une faune active; des chevreuils, des castors, des belettes, écureuils etc…

Le Ruisseau Corriveau

Moi c’est ma place pour mes entraînements 4 saisons (ski de fond, raquette et jogging) c’est une bonne préparation pour le Grand Défi D’hiver de Victoriaville le 2 février prochain qui aliera le vélo, la raquette et le ski de fond pour un total de 24 km. Le 24 février ce sera au tour du Pentathlon de Québec qui aura lieu sur les plaines d’Abraham pour le 400e. À cette compétition on retrouvera le vélo, la course à pieds, le ski de fond, le patin et la raquette pour un épuisant total de 45 km. C’est à suivre…

Sentier de Raquette

Ces sentiers existent grâce aux efforts de bénévoles que je ne connais pas mais que je remercie beaucoup car ils font un grand nombre d’heureux la fin de semaine où l’achalandage est très intéressant. Ces bénévoles sont : M. Michel St-Pierre et M.Gilles Bolduc (s’ils y en a d’autres j’aimerais les mentionner) et surtout aux nombreux propriétaires qui donnent un droit d’accès à tous ces fanatiques de neige. Jouez dehors et l’hiver dévoilera ses charmes.

Mont Sainte-Anne

Chronique d’un Berthelais 2: Une brise de l’anse

Une brise de l’anse

L’été la petite brise fait toujours du bien, quelques degrés de moins qu’en ville. L’hiver ça peut être pire, les tempêtes de neige c’est cool mais les tempêtes de vent un peu moins. En voici la preuve.


Mercredi soir j’en ai eu pour mon argent côté vent 100km/h et plus, tellement que le mur intimité de 7 pieds par 12 pieds du patio est parti au vent. Il a fallu que je le démonte rapidement, si non, il aurait parti complètement.

Chronique d’un Berthelais 1: Faits géographiques et historiques de Berthier-sur-Mer


Pour commencer ces séries de chroniques sur Berthier-sur-Mer et ses environs. Les sujets y seront variés : l’histoire, les activités et tout simplement la vie dans le coin.

Aujourd’hui je vous présente les faits géographiques et historiques qui ont marqués Berthier-sur-Mer. Si il y a des informations erronnées faites moi le savoir et je me corrigerai aussitôt. En faisant mes recherches j’en ai beaucoup appris sur le village que j’habite depuis près de 4 ans, moi arrivant de l’est Cap-Saint-Ignace (1974-1999) et transitant pendant 5 ans à Montmagny (1972-1974 et 1999-2004).

Les Armoiries:

La conception des armoiries s’inspire de la géographie de la région. Les barres ondées alternativement blanches et bleues représentent le fleuve Saint-Laurent. La bande verte symbolise les forêts et l’agriculture. Elle est courbée pour faire allusion aux endroits plus montagneux et aux anses du fleuve. Le bleu du haut représente le ciel. La barre blanche entre le bleu et le vert a surtout pour objet de trancher clairement entre ces deux couleurs. Elle pourrait aussi faire allusion aux pistes cyclables qui peuvent servir également au ski l’hiver. Le soleil surplombant le tout est essentiel aux activités récréatives aussi bien qu’à l’agriculture. Il se dégage de l’ensemble une impression d’eau, de verdure et d’ensoleillement, tout ce qu’il faut pour faire plaisir aux vacanciers.

La tête de taureau du cimier fait allusion aux armoiries des Berthier du Périgord d’où provenait le seigneur Alexandre Berthier alors que la feuille de chêne rappelle les armoiries des Saint-Aignan de Normandie et le premier seigneur, Nicolas Marsolet de Saint-Aignan.

Données géographiques:

Superficie du territoire : 26,05 km².

Population : 1 365 habitants auxquels s’ajoute plus de 1 000 résidents en période estivale.
La municipalité de Berthier-sur-Mer est située sur la rive sud du fleuve St-Laurent à quelques 60 kilomètres à l’est de Québec. Accès : Route 132 ou Autoroute Jean-Lesage (20). La municipalité étant située sur le bord du fleuve, et ayant des abris naturels (Anse de Bellechasse, Anse Verte, plage de Berthier, Trou de Berthier), les principales occupations des habitants étaient l’agriculture (culture du blé, du seigle) et la navigation dont plusieurs capitaines demeuraient à Berthier. Les marins de notre paroisse travaillaient sur de petits bateaux au service du gouvernement fédéral, sur des drageurs et de petits cargos. Ils ont toujours eu la réputation d’être courageux, travailleurs adroits de leurs mains et toujours disposés à aider leurs compagnons, mais difficiles à commander et attachés à leurs idées d’une façon tenace, d’ou le surnom de  » Casque de fer « . Maintenant on les surnommes Berthelais.

Données historiques:

1637 (28 mars) Concession d’une seigneurie (1/4 de lieue de front sur le Saint-Laurent, sur 1 1/2 lieue de profondeur) à l’est du ruisseau Bellechasse, par la Compagnie de la Nouvelle-France à Nicolas Marsolet de Saint-Aignan qui la nomme Bellechasse.

1672 (29 octobre) Reconcession de la seigneurie (2 lieues de front sur le fleuve sur 2 lieues de profondeur) par l’intendant Jean Talon à Isaac de Villemure dit Alexandre Berthier qui la nomme Berthier-en-Bas.

1678 (3 octobre) Érection canonique de la paroisse Notre-Dame-de-l’Assomption-de-Bellechasse ; son territoire couvre une partie de la seigneurie de Berthier-en-Bas.

1719 Construction de l’église Notre-Dame-de-l’Assomption.

1757 Nomination du premier curé résidant de Notre-Dame-de-l’Assomption

1813 (8 juillet) La seigneurie est louée par l’Hôpital Général de Québec à Claude Dénéchau par bail emphitéotique d’une durée de 29 ans ; en contrepartie, Dénéchau s’engage à reconstruire le moulin banal, à payer une rente et à fournir annuellement 450 monots de blé à l’Hôpital. Dénéchau fait construire son manoir en bordure du fleuve.

1845 (8 juin) Constitution de la municipalité de Notre-Dame-de-l’Assomption-de-Bellechasse.

1853 Un quai était construit par le gouvernement fédéral. Des années 1940 à 1960 il servit de port d’attache aux goélettes qui transportaient du bois de pulpe vers Québec.

1855 (1er juillet) Constitution de la municipalité de la paroisse de Berthier-en-Bas

1971 La municipalité de Berthier-en-Bas adopte le nom de Berthier-sur-Mer.

Bienvenue sur Harold Guillemette Blog

Bonjour à tous,

Ce Blog sera consacré au plein air, aux voyages, aux sports, aux photos et chroniques d’un Berthelais.

Have Fun

Harold