Objectifs : Collins, Matawees, Fortin et Logan

Il y a deux ans quand je suis passé sur ces monts lors de notre époppée du SIA, le temps était merdique (2 °C et de la pluie sans arrêt), c’est à ce moment que je me suis dis qu’un jour j’y reviendrai par beau temps. J’étais convaincu que ça devait être les plus beaux de la réserve faunique de Matane. En passant je me demande bien pourquoi qu’ils n’appartiennent pas au parc de la Gaspésie.

Plus tôt cette année, quand Michel Brunet m’a lancée l’invitation d’aller grimper les monts Collins, Matawees, Fortin et Logan via le SIA la réponse a été instantanée…OUI!!!

 La superbe chute Hélène et ses 70 mètres

Jour 1 – 4 juillet 2011

C’est le 4 juillet dernier à 5h30 que nous avons quitté Rimouski, le cœur léger et les yeux encore un peu collés, en direction du stationnement de la chute Hélène sur la route 1 dans la réserve faunique de Matane. C’est en compagnie de Michel et Maryse Brunet, d’Alexandre Colgan, Michel Harisson et de Sylvie Perreault. C’est vers 9h00 sous un soleil splendide que nous avons effectué notre départ dans un nuage de moustiques!!!Le sentier monte avec rigueur sur 4 km, jusqu’à la chute Hélène qui, avec ses 70 mètres de haut nous rafraîchie avec sa brume féerique, cela fut très apprécié par le groupe. Nous avons également profité de cette pause pour dîner. Maintenant le ventre rassasié et que le soleil est toujours avec nous, il est motivant d’attaquer la montée en direction du lean-to du ruisseau Bascon, un petit 3 km. Michel B. a eu quelques complications digestives au courant de la journée ce qui a rendu sa journée plus difficile, mais cela ne l’a pas empêché d’avoir en tête le Bascon comme objectif. Arrivé au campement, le moral des troupes est sans contredit à son meilleur, on sait que demain la montée des fougères pour le Collins sera pénible mais la confiance est de mise. Après un bain glacial dans le Bascon, un repas lyophilisé bien mérité et du placotage plein air; l’écho de Morphée commence à se faire entendre vers les 20h00. C’est au point de quitté le monde réel vers une nuit paisible que la montagne sort ses griffes avec du tonnerre et des éclairs suivi d’une bonne averse à la verticale.

Jour 2 – 5 juillet 2011

Levé à l’aube, soit vers 4h45, un bon déjeuner, un bon chocolat chaud et une promesse de beau temps dans le ciel. 6h30 départ pour la pénible et ardue côte des fougères. Sachant dans quoi je suis embarqué, cela me motive au plus haut point. Je prends les devant avec Alexandre, un jeune homme passionné par la randonnée et le plein air, le mot plaindre lui il ne connaît pas. Parle, parle, jase, jase…le temps file, on avale les kilomètres comme des petits pains chauds. La fougère commence à prendre le dessus sur tout, et le terrain s’escarpe de mètre en mètre et la cadence est excellente. Nous sommes en avance sur le groupe mais on décide de les attendre, on fait quand même partie de la même équipe et le but n’est pas de battre des records mais bien d’atteindre l’objectif des sommets.

Michel H. et Sylvie dans la côte des fougères

Michel B. et Maryse arrivant sur le Collins

Le groupe au sommet du Collins et fier d’y être…

Quelque temps après, les deux autres groupes nous rejoignent pour l’assaut final du Collins. Sur ce sommet dénudé, à plus de 1036 mètres, la récompense est grandiose, le spectacle y est tout à fait sublime; une vue à l’infinie!!! Vers l’est ce sont les sommets à venir qui se dévoile et au nord un fleuve Saint-Laurent splendide, à l’ouest les sommets de la réserve faunique. Le temps d’une bonne pause et de plusieurs photos pour se récompenser. Par contre, Maryse a un malaise à un genou, elle avance à son rythme et s’est bien comme ça, Michel B. l’accompagne, un peu plus à l’avant Sylvie et Michel H. avance bien. Alexandre et moi prenons les devants avec notre rythme. Comme l’a si bien analysé Michel B.: « Dans notre équipe il y a 3 sous-équipes. » Je peux ajouté à cela que l’on se complétait bien, car les deux Michel sont très forts en orientation, chose que je suis un peu faible!!!

Alexandre, le Matawees, le Fortin, et le Logan

 

Après 20 minutes, nous atteignons le mont Matawees, le plus élevé de la réserve avec ses 1073 mètres, on se sent en équilibre sur sa crête, une sensation unique. Pendant la descente, nous avons eu la chance d’apercevoir un orignal en flanc de montagne, nous avons descendu quelques peu pour ensuite atteindre le Fortin (1020m.) au grand vent mais avec un regard sur les deux précédents; de toutes beautés. En cette longue journée, il ne restait qu’à emprunté les crêtes pour rejoindre le Logan (1150m.), soit une heure de randonnée. C’était ma quatrième visite sur ce majestueux sommet du parc de la Gaspésie, mais une première par beau temps. Je peux qualifié le sommet de dépotoir, même si des efforts notables ont été mis en place pour améliorer les lieux. Mais la vue est quand même sublime, toutes les montagnes de l’est à perte de vue, dont celles du parc. Et à l’ouest, celles que nous avions foulées un peu plus tôt dans la journée, le spectacle est gravé à tout jamais. Après ces soupirs devant les dames de la Gaspésie, il ne reste que 1,7 km pour aller relaxer nos pieds endoloris au refuge de la chouette.

Vue du refuge la Chouette à la tombée du jour

Un peu plus tôt sur le Matawees Michel B. me parle d’un plan B, le genou de Maryse ne s’améliore pas et la fatigue s’est installée. Il me propose de revenir en sa compagnie par la route du Logan, une marche de 26 km selon la carte, peut-être moins si l’on rencontre une voiture. Avec un léger sac à dos, pas de problème, en plus avec Michel, qui connaît le parc et les environs comme le fond de sa poche. Le lendemain matin 5h30 nous quittions pour le stationnement de la chute Hélène sous un couvert de nuageux mais avec un grand plaisir de marcher avec cette personne exceptionnelle. Les sujets de conversations ne manquent pas en sa compagnie et les belles surprises non plus. Nous avons vu un tétras en partant et quelques kilomètres plus tard 4 jeunes orignaux qui nous attendaient. Avec une excellente moyenne de 5,5 km/h, ce n’est qu’après 4 heures de marche que nous avons pris notre première pause, soit vers 9h30. Ensuite deux gros orages ce sont abattus coup sur coup. La fatigue commence à se faire sentir mais le pas est encore bon, Michel B. regarde son GPS et on a 26, 7 km de marcher et il est 11h15 et aucune voiture en vue, selon lui la route 1 n’est pas loin.

Un tétras du Canada

Un peu plus loin… pas 1, pas 2, pas 3, mais 4 orignaux…

5 minutes plus tard un camion croise notre route, on demande à l’homme dans la cinquantaine si il est possible d’aller nous porter à l’auto. L’homme est un peu hésitant mais accepte de le faire, Michel embarque avec lui, moi je dois continuer à marcher par manque de place. Selon l’homme le stationnement est à plus de 10 km, donc ce n’est pas 26 km comme nous l’avions calculé mais bien 36km. Une demie heure plus tard Michel B. arrive à moi et ensuite retournons chercher l’autre voiture pour ensuite se rendre vers le mont Logan, une heure de route encore et 2 km de marche pour aller chercher le groupe qui attendait à la chouette. Le retour à la voiture a bien été, nous y sommes pointé vers 16h00 et ensuite un copieux repas nous attendait à Cap-Chat, pour ensuite débarqué à Rimouski vers 22h00 .

Une pancarte qui m’écoeure….

Je peux affirmer que cette randonnée m’a faut grandir à bien des points de vus, l’objectif est atteint pour moi, c’est-à-dire de voir ces monts par beaux temps tout en faisant de l’activité physique. C’est avec des gens passionnés par la randonnée que j’ai pu le faire et surtout de cœur.

Regard vers mon parc préféré

Dénivelé de notre randonnée, courtoisie de Michel Harisson

 
Share

Publicités

20 réflexions sur “Objectifs : Collins, Matawees, Fortin et Logan

  1. Super belle histoire Harold ! J’ai tellement adoré cette randonnée. Ce fut un énorme plaisir de cotoyer 3 jours dans le plus coin au Québec avec toi ! J’espere que d’autres randonnées nous attendent…

    • Bonjour,

      Je vous remercie pour vos commentaires, il n’est pas parfait, c’est un blogue sans prétention que je fais par pur plaisir.

      Au paisir d’avoir de vos nouvelles

      Harold

  2. Super de belle randonnée. Selon moi les plus belles montagnes de la réserve Matane mais aussi la plus exigeante des randonnées. 4 montagnes en 1 journée était pour moi un gros défi que j’ai relevé sans trop de difficulté. Randonnée à faire et à refaire.

    • Merci Sylvie pour tes commentaires, certainenement les plus belles de la réserve, le panorama était superbe. Je regarde les photos et je m’en lasse pas. À la prochaine, bonne rando cet été!! 🙂

  3. Salut Harold,
    Merci pour ta compréhension et ton aide lors de cette superbe randonnée. Il y a eu une très belle solidarité dans le groupe même si nous nous connaissions depuis peu. Cela signifie que nous partagions tous la même passion de la montagne, gage de succès.
    Tu as une personnalité et un entre-gens simple et chaleurex qui dégage une joie de vivre.
    Bon succès dans tes futurs défis.
    Au plaisir peut-être de refaire du millage ensemble.

    • Merci Michel pour tes bons commentaires. Ce fut un plaisir de te cotoyer pendant cette randonnée, tu est une personne agréable à cotoyer. Je te souhaite de belles aventures cet été.

      Au plair d’en refaire d’autres ensemble.

  4. Bravo à toute l’équipe !

    Harold lire ton expédition c’est comme si je prennais une pof d’oxygène !
    Tu donnes le goût du dépassement!

    Salut !

    Pierre

  5. Salut Harold !
    Nous nous amusons régulièrement à consulter ton blog. Vraiment génial ! Je peux te dire que tu nous donnes le goût de faire plusieurs aventures ! Nous sommes plus tranquilles depuis que nous avons les enfants… Surtout la petite troisième ! 🙂 Enfin, bravo pour ton travail. Tu nous communiques bien tes passions.

    • Moi, je prends une semaine par année pour faire cela. Merci la famille Couture et bonne continuité dans vos vacances…

  6. Super Harold !

    Très beau texte, agréable et motivant à lire !
    Bravo à toute l’équipe !

    À mon humble avis, le paradis de la randonnée en montagne au Québec, il est là, dans la réserve faunique de Matane avec sa chute Hélène, ses monts Collins, Matawees et Fortin. Heureux que t’aies pu, toi et ton équipe, savourer ces décors sous une belle météo.

    Si ma mémoire est bonne, la distance (par la route) entre le refuge Pic de l’Aigle et le stationnement du sentier de la chute Hélène est de 44 km. Une chance que vous avez croisé un véhicule ! Haaaa, les joies du plein air !

    À plus et salutations à toute l’équipe !
    Martin

    • Merci pour tes commentaires Martin. Oui, ce fut mémorable comme randonnée. J’avais visionné tes vidéos avant de partir et c’est très bien réalisé. Je vais y retourner c’est certain. Belles aventures à toi. Harold

  7. Bonjour Harold, nous étions presqu’en même temps que vous sur le SIA, mais sur la section Mont Blanc-Mont Nicol Albert. Ce ne fût pas facile, mais moins difficile que l’an dernier (2010), où sur la section Lac Matane-Mont Blanc, on a eu un blessé et où l’eau était rare… L’an prochain, nous devons partir du refuge Le Huard pour revenir vers Le Mont Nicol-Albert. 1er étape; Le Huard vers le Carouge 2è étape: Le Carouge vers le Nyctale ou la Chouette. Cependant, j’hésite à stopper là car la 3è section serait pas mal plus longue, c’est-à-dire le retour complet vers la route 1. Est-ce qu’il est possible de pousser vers le Mont Logan et d’y coucher sans problème au refuge ? Y a -t-il des particularités à connaìtre ? Dans notre cas, ce sera surtout de la descente, ce qui n’est pas nécessairement une bonne nouvelle. Merci, Jean-Pierre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s