Chronique équipement: sac à dos Osprey

Avant d’acheter un sac à dos il faut se poser la question suivante: Pour quelle activité en ai-je de besoin? Chaque sac a ses particularités pour chacune des activités. En voici quelques unes:

Caractéristiques importantes d’un sac de promenade :

  • Un panneau dorsal fait de matériaux en filet ou doté de canaux de ventilation pour vous garder au frais.
  • Une sangle de poitrine pour bien maintenir le sac en place.
  • Un étui pour gourde avec boucles pour acheminer le tube d’un système d’hydratation.
  • Capacité : 10 à 25 litres

Caractéristiques importantes d’un sac de longue randonnée:

  • Une large armature interne pour soutenir le poids.
  • Une ceinture, des bretelles et un panneau dorsal bien rembourrés.
  • Un panneau dorsal ajustable.
  • Des points d’accès par le dessus, par les côtés et par le bas.
  • Des sangles externes pour attacher du matériel.
  • Capacité : 55 à 70 litres.

Caractéristiques importantes d’un sac d’expédition:

  • Les sacs d’expédition sont plus larges que les sacs de longue randonnée en plus d’assurer davantage de support.
  • Capacité : 70 à 100 litres.

Caractéristiques importantes d’un sac de ski:

  • Une armature interne pour soutenir le poids de votre équipement.
  • Une ceinture, des bretelles et un panneau dorsal rembourrés.
  • Des sangles externes renforcées pour transporter des skis ou une planche.
  • Un grand compartiment principal.
  • Une poche conçue spécifiquement pour contenir du matériel de sécurité en avalanche.
  • Des sangles pour attacher une pelle et des bâtons.
  • Un accès au contenu par le panneau dorsal pour empêcher les bretelles de traîner dans la neige.
  • Capacité : 35 à 55 litres

Caractéristiques importantes d’un sac de vélo:

  • Une sangle de poitrine et une ceinture pour maintenir le sac bien en place.
  • Des bretelles et un panneau dorsal légèrement rembourrés.
  • Un étui pour gourde avec boucles pour acheminer le tube d’un système d’hydratation.
  • Une poche pour ranger des outils.
  • Des sangles pour attacher un casque et des articles de protection corporelle.
  • Capacité : 10 à 25 litres

Caractéristiques importantes d’un sac de voyage:

  • Une armature interne pour soutenir le poids du sac.
  • Une ceinture, des bretelles et un panneau dorsal rembourrés.
  • Un sac de promenade ou une poche supérieure détachable
  • Des bretelles et une ceinture dissimulables ou pouvant être rangées au moyen de glissières pour éviter qu’elles ne se coincent ou se brisent durant les déplacements.
  • Capacité : 45 à 75 litres.

Pour ma part je fonctionne à deux sacs, une pour la courte randonnée et un pour la longue.

Mon sac de longue randonnée est un Osprey Aether 70 AG. Un sac robuste, léger et surtout très versatile muni de tape d’aération au niveau du dos. Fait de nylons ce sac est muni de nombreuses sangles de compression, la tête du sac fait un sac de jour, un système d’attache pour les bâtons, 2 pochettes pour y mettre les gourdes d’eau, une poche pour y placer un sac d’hydratation. Pour les excursions pédestres, les longues randonnées et les expéditions d’alpinisme, La perfection est de mise en combinant la technologie Anti-GravityMC à un ajustement personnalisable et des caractéristiques innovatrices afin de créer un sac offrant un confort et une capacité incomparables pour le transport d’équipement lors d’excursions de plusieurs jours.

Des films à voir et à revoir

En ces temps de confinements et difficiles, rien de mieux que se plonger dans l’aventure plein air pour rêver et s’évader!

Voici quelques idées de films:

1-Vertical Limit VF: Limite Extrême

Avec Chris O’donnel, un frère et une soeur continuent le rêve de leur père : conquérir les plus hauts sommets du monde. Le hasard les réunit au pied du K2. Depuis la mort de ce dernier de façon tragique, les deux frangins ne s’étaient pas revus.

2-Les Randonneurs

Ce film français raconte l’histoire de deux filles et trois garçons partent en randonnée sur l’île de Beauté. La difficulté des chemins escarpés de la Corse va les révéler à eux-mêmes.

3-Into thin air VF Tragédie à l’Everest

Tiré du livre écrit en 1997 par Jon Krakauer. Il raconte la version de l’auteur des événements ayant conduit au désastre de l’Everest en 1996 où huit alpinistes ont trouvé la mort dans une tempête. Le livre est excellent et le film en est un bon complément!

4-Le Dernier Continent, documentaire

À bord du voilier Sedna IV, Jean Lemire et son équipe se sont engagés pour une ultime mission. Une mission extrême, 430 jours d’expédition et un hivernage en Antartique, totalement isolés, au bout du monde.Dans la foulée des grands explorateurs d’hier, ils ont repousser les limites pour livrer aux spectateurs une épopée unique, motivé par une formidable quêtes d’aventures, de découvertes et de rêves..

5-127 hours VF 127 heures

Aron Ralston, jeune homme de vingt-sept ans, se met en route pour une randonnée dans les gorges de l’Utah. 
Il est seul et n’a prévenu personne de son excursion. Alpiniste expérimenté, il collectionne les plus beaux sommets de la région. 
Pourtant, au fin fond d’un canyon reculé, l’impensable survient : au-dessus de lui un rocher se détache et emprisonne son bras dans le mur de rocaille. Le voilà pris au piège, menacé de déshydratation et d’hypothermie, en proie à des hallucinations… 

6-Wild

Après plusieurs années d’errance, d’addiction et l’échec de son couple, Cheryl Strayed (Reese Witherspoon) prend une décision radicale : elle tourne le dos à son passé et, sans aucune expérience, se lance dans un périple en solitaire de 1700 kilomètres sur la Pacific Crest Trail, à pied, avec pour seule compagnie le souvenir de sa mère disparue… Cheryl va affronter ses plus grandes peurs, approcher ses limites, frôler la folie et découvrir sa force.Une femme qui essaye de se reconstruire décide de faire une longue randonnée sur la côte ouest des Etats-Unis. réalisé par le québécois Jean-Marc Vallée.

7-Everest

Une autre histoire Inspiré de tragédie l’Everest en 1996 mais raconté par une autre personne que Krakauer, c’est l’histoire vue par Beck. Elle suit deux expéditions distinctes, celles de Rob Hall et Scott Fischer, 2 sommités de l’alpinisme sont confrontées aux plus violentes tempêtes de neige que l’homme ait connues. Luttant contre l’extrême sévérité des éléments, le courage des grimpeurs est mis à l’épreuve par des obstacles toujours plus difficiles à surmonter alors que leur rêve de toute une vie se transforme en un combat acharné pour leur salut.

8- A walk in the wood VF Promenons-nous dans les bois

Bill est un romancier à succès qui sent un vide dans son existence. Pour se ressourcer, il décide de parcourir les 3540 kilomètres du sentier des Appalaches. Sa femme et son fils tentent de le dissuader en rappelant son âge avancé et sa faible forme physique, mais rien n’y fait. La seule personne qui accepte de l’accompagner pendant ce périple de plusieurs mois est Katz, un ancien ami grincheux qu’il n’a pas vu depuis longtemps et qui lui a toujours tapé sur les nerfs. L’aventure commence alors qu’ils devront s’encourager et s’endurer, se confier tout en bravant les éléments de la nature et en multipliant les rencontres fortuites. Mettant en vedette Robert Redford.

Photo de la semaine

Créé en 1992, le Comité local de développement de L’Anse-à-Valleau a été incorporé en février 1993. C’est dans un contexte difficile que le Comité local de développement de L’Anse-à-Valleau décide de faire revivre le site de Pointe-à-la-Renommée en rapatriant le phare et en l’intégrant dans un projet de développement récréotouristique. Ce phare autrefois abandonné, avait été relocalisé en 1977 à Québec, sur le site de la Garde côtière près du Quartier Petit Champlain.

En 1997, le phare était enfin de retour à Pointe-à-la-Renommée après un très long voyage. Pour les membres du comité, il s’agissait d’une victoire bien méritée. Le rapatriement de ce joyau patrimonial mit fin à un combat de cinq ans mené auprès des autorités de la Garde côtière canadienne.

Cette photo a été prise lors de notre épopée sur le SIA/IAT-Québec.

Bravo au comité et Mission accomplie!!!

L’été en novembre sur le Mégantic

Un 8 novembre et un mercure qui oscille à 18°C, je me rappelle pas d’avoir vu cela de toute ma vie… Bref, je ne pouvait passer à côté de ce périple en montagne. Un sommet qui me trottait dans la tête depuis très longtemps! Quant à me rendre en Estrie au Parc national du Mont Mégantic, il fallait en avoir pour son argent, j’ai donc décidé d’en profiter et de m’attaquer à la boucle des trois sommets qui relie les monts Saint-Joseph, Victoria et Mégantic. D’une longueur de 15,8 km la boucle de niveau difficile est un incontournable pour les amateurs de montagne.

Dans un premier élan j’ai gravi le mont St-Joseph, sommet qui culmine à plus de 1 050 mètres. Départ du stationnement du secteur de l’observatoire (Notre-Dame-des-Bois), une belle montée où il y avait foule, et ce, jusqu’au sommet. Le parcours offre plusieurs points de vues intéressants et le sommet est très beau surplombant la région avoisinante. Après le dîner je me suis dirigé vers le mont Victoria (1 065 m.), un sommet boisé qui n’a aucune vue, en échange il propose aucune difficulté à le grimper.

Après quelques minutes de repos au sommet, je me suis dirigé vers le fameux Mégantic. Après une descente lente de 3,3 km vers le Col-des-Trois-Sommets, un carrefour vers différentes destinations du parc. Il était temps de se diriger vers les 1 110 mètres du Mont Mégantic, le point culminant du parc. Une montée de moins de trois km dans un sentier boueux dû à la fonte des neiges accumulées dernièrement. Au sommet, le soleil se préparait à se retirer pour la nuit, après quelques photos il fallait redescendre vers le stationnement. Une descente de 3,3 km qui s’est terminée à la frontale.

Cette journée de randonnée de novembre à saveur estivale à quelques semaines de Noël restera gravé dans les annales et aussi dans ma mémoire.

Merci GR20 Blog

Cette semaine, je fais le frontispice du GR20 Blog, un blogue européen très intéressant qui fait des retours d’expérience de randonneurs du GR20. Chaque semaine Emeric interview un trekker qui a fait le mythique sentier de la Corse. Ce fut un réel plaisir de partager mon GR à la façon québécoise! Allez-y jeter un coup d’oeil, ça en vaut la peine!!!

Bonne lecture…

Photo de la semaine

La longue montée du Meru en Tanzanie dans le parc national d’Arusha. Il est le 2e plus haut sommet du pays qui culmine à plus de 4 565 mètres en altitude.

Photo de la semaine

Enfants tanzaniens rencontrés près d’Arusha lors d’une escapade d’une journée

Le léopard des neiges n’est plus

La légende Népalaise Ang Rita Sherpa est décédé à l’âge de 72 ans à Katmandou, la vedette des Himalayas a gravit l’Everest à 10 reprises et ce, sans apport d’oxygène dont une fois en hiver. Un record homologué par le livre des records Guinness qui tient toujours. Ces exploits inhumains ce sont déroulées entre 1983 et 1996. Le monde de l’alpinisme est unanime à dire qu’il était le plus fort de son époque, une star des montagnes. Sa mort est une grande perte pour la confrérie Himalayenne. Plus de 200 alpinistes ont réussis l’exploit de grimper le mythique Everest sans oxygène mais personne l’a fait autant de fois que Ang Rita Sherpa.

Né dans la région de l’Everest, Ang Rita Sherpa a commencé à peine adolescent à travailler en tant que porteur pour une expédition himalayenne. Il est rapidement devenu guide et s’est attaqué, outre à l’Everest, aux autres plus hauts sommets de l’Himalaya. Il portait très bien son surnom: Le léopard des neiges!

Son corps a été installé dans un monastère à Katmandou et ses funérailles devaient se dérouler en conformité avec la tradition bouddhiste.

Des proches venus se recueillir au cercueil de Ang Rita Sherpa

En passant, le record d’ascension appartient à Kami Rita Sherpa avec 24 réussites mais la plupart du temps avec l’aide d’oxygène.

Photo de la semaine

Dernier soir sur le GR20 au refuge d’I Paliri, une belle rencontre

Photo de la semaine

Le Kilimandjaro dans toute sa splendeur