Certifications du mont Meru et du mont Kilimanjaro

 

 

Publicités

Le Mont Washington à la Saint-Jean-Baptiste

La fin de semaine de la saint-Jean ce fut l’ascension du Mont Washington en compagnie d eMArc, Maryse et Michel. Le 24 juin nous avons attaqué le Washington par un temps parfait. Nous avons emprunté le Tuckerman Ravine, le plus beau mais pas facile…Après un déjeuner copieux à Pinkham Notch, nous étions prêt pour fouler cette trail mythique du Nord-Est des États-Unis.

Une montée constante mais plaisante, le plaisir était au rendez-vous et les québécois également, 80% des randonneurs venaient du Québec. Le lendemain nous avons attaqué le Jefferson dans la pluie, la grêle et le vent… donc pas de photos .

Voici quelques photos du Roi de la North East: Le WASHINGTON! 1928 mètres

Le Kilimandjaro pour la Sclérose en Plaques

Merci de votre générosité!!!


Share

Avril: deux conférences à ne pas manquer

Hé! les assoiffés d’aventures!!! placés à votre agenda d’avril les conférences de Louis Rousseau et de Véronique Denys.

Louis Rousseau présentera sa conférence: Un 8000m c’est bien, mais deux c’est mieux! L’entretien nous transportera à l’été 2011 pendant son expédition sur le Gasherbrum 1 et 2 au Pakistan. Deux pics à plus de 8 000 m. situés au coeur de l’Himalaya. Le coût est de 5$. Il visitera les villes de Trois-Rivières (12 avril, Saint-Hyacinthe (19 avril), Montréal (23 avril), Québec (26 avril) et Sherbrooke (1 mai). Un rendez-vous à ne pas manquer!

Quant à Véronique Denys, elle y présentera son épopée des 7 sommets des 7 continents et voir en images l’ascension de l’Everest. Une seule date: le 24 avril à l’auditorium du Collège François-Xavier Garneau à Québec dès 19h00. coût: 5$. Confirmez svp votre présence par email à: veroniquedenys@hotmail.com. Une conférence incontournable à Québec…


Share

Véronique Denys: l’Everest en images


Share

Ueli Steck – La Machine suisse

Vidéo de Ueli Steck, la machine suisse. Il détient plusieurs records mondiaux de rapidité en escalade. À voir!!!


Share

Véronique Denys sur le top de l’Everest

 

Véronique Denys est  à 8850 mètres d’altitude, les deux pieds sur le sommet de l’Everest et toute la famille était sur les dents depuis le dernier appel de Véronique Denys, tôt hier matin. Elle venait d’atteindre le camp 4 après sept heures d’ascension et n’avait que quelques petites heures de répit avant d’entreprendre la dernière, et la plus dangereuse, partie du trajet.

Ils sont une douzaine dans le petit logis, à tomber dans les bras les uns des autres pendant que Mme Aspirot essaie de retenir ses larmes, mais n’y parvient pas.

C’est la soeur de Véronique, France-Andrée, qui parviendra tant bien que mal à comprendre quelques mots à travers le bruit des convives et les parasites du téléphone-satellite. «Elle nous dit : « C’est fini! C’est fini! Je l’ai atteint. » Elle a froid et elle pense que la descente va être difficile parce qu’elle est fatiguée, mais elle est contente.»

L’Everest fait partie de la fameuse liste des «sept sommets», les plus hautes montagnes des sept grandes régions du globe. Véronique Denys espère les gravir tous, tout comme François-Guy Thivierge en 2009. Il ne lui en reste plus que deux à conquérir. Elle serait la première Québécoise à compléter la liste, et aussi la troisième seulement à atteindre le plus haut sommet du monde, trois ans après une autre alpiniste de Québec, Sylvie Fréchette. Avant de quitter le camp 4, Véronique Denys avait envoyé un bref message vocal pour son site Web. L’Everest est un rêve que la jeune alpiniste caressait depuis longtemps.


Share

Véronique Denys attaque le toit du monde

 

Véronique Denys, expédition Mckinley 2009

Véronique Denys tente actuellement de gravir l’Everest, la plus haute montagne au monde. Elle pourrait ainsi devenir la 3e québécoise à accomplir ce défi. En ce moment, elle en route vers le camp de base un peu après Namche Bazar à environ 3400 mètres d’altitude. Deux sperpas l’accompagneront tout au long de son aventure : Pasang Dawa et Rinji.

Avant de s’élancer à la conquête de l’Everest, Mme Denys a commencé par des montagnes plus faciles pour progresser vers celles qui sont plus techniques. «L’Everest, c’est de l’alpinisme pur. J’ai fait d’autres montagnes qui peuvent s’apparenter comme le mont Mckinley. J’y suis allée de façon automne, pas de guide, pas de porteur. On était un groupe de quatre personnes, on avait tout notre matériel à transporter: 100 livres avec un toboggan et un pack-sack. C’est une expédition qui m’a plu et qui m’a préparée pour l’Everest», indique celle qui travaille comme avocate fiscaliste chez Raymond Chabot Grant Thornton.

Pour Véronique Denys, l’Everest, c’est une étape cruciale dans son projet de gravir les sept plus hauts sommets des sept continents. Après, il ne reste que deux autres sommets à aller chercher, le Vinson (Antarctique) et la Pyramide de Carstensz (Océanie). Ce qui anime le plus Véronique : aller au bout de soi-même et de ses rêves, découvrir, Vivre. Ces voyages l’auront menée dans près de 20 pays, sur chacun des continents (outre l’Antarctique), dans les endroits les plus reculés de la planète comme la jungle amazonienne et les déserts d’Afrique. En 2004, Véronique atteint le camp de base de l’Everest, à plus de 5000 mètres, et y fait une promesse, celle d’y retourner un jour pour tenter l’ascension jusqu’au sommet. Sept ans plus tard, en 2011, cette promesse est tenue. Une aventure à suivre!!!

Carte de l’expédition Everest 2011 de Véronique Denys


Share

De l’aventure au petit écran

Cet automne il y a  encore beaucoup d’émissions  pour divertir les avides d’aventures. Comme par le passé le Canal Évasion en a beaucoup à proposer: Le fameux Survivor : Gabon, le dernier éden est de retour le mardi soir dès 22h00. Rallye autour du monde 6 est aussi un classique le lundi à 21h00. C’est certain que les émissions originales anglaises à CBS sont plus intérressantes mais bon… ça fait quand même le travail.

Une nouvelle émission est arrivée sur les ondes d’Évasion qui était jadis à TV5, je parle bien du succès français Pékin Express 5: La route du bout du monde que vous pouvez regarder le mercredi à 21h00.  Vous pouvez aussi regarder le Survivor français: Koh-Lanta : Caramoan le jeudi à 21h00 sur le même réseau.

Mais mon coup de coeur à Évasion c’est Safari photo avec Austin Stevens, une émission que j’ai découvert cet été. Austin Stevens  parcourt le monde à la recherche d’animaux fascinants et redoutables, et visite les régions du globe les plus éloignées pour prendre des clichés extraordinaires.

À  TV5  on propose de suivre de nouveaux voyageurs qui veulent marier l’aventure et la quête de grands espaces avec le respect, le désir de partager et de donner: Les Sentiers de la terres, le samedi 22h30. Plus loin + Sport  dresse le portrait de Canadiens qui s’établissent à l’étranger pour pouvoir continuer à pratiquer et vivre de leur passion, le sport. Mais TV5 ne parle pas d’horaire de diffusion, la série serait-elle terminée?

Aussi au grand écran

127 hours est un film d’Aventure très attendu, il sortira le  5  novembre prochain. C’est  une histoire vraie, celle d’Aron Ralston (campé dans le film par James Franco), un jeune alpiniste carburant à l’adrénaline et aux sports extrêmes qui, en 2003, a passé 127 heures (6 jours et 5 nuits) au fond d’une crevasse dans les canyons du désert de l’Utah, le bras coincé sous un rocher. Incapable de bouger, à l’agonie, il a finalement réussi à se sortir de là après s’être amputé lui-même le bras à l’aide de son petit canif mal aiguisé. Voici la bande annonce:

Life Cycles est un autre film d’aventure,  pour les amateurs de vélo de montagne pour regarder la bande annonce visitez le site de Life Cycles. Très impressionnant!!!

Bon automne à tous les aventuriers et continuez de rêver…

 


Share

Jordan Romero, 13 ans, attaque l’Everest

Jordan Romero, tout juste âgé de treize ans, va tenter de gravir le mont Everest, devenant ainsi la plus jeune personne à atteindre le toit du monde.

Le record du plus jeune alpiniste à fouler l’Everest (8848 m) est tenu par le Népalais Temba Tsheri, qui était parvenu au sommet de l’Himalaya à l’âge de 16 ans.

Le jeune Californien était occupé samedi à finir son sac à dos avec son père et sa belle-mère et à régler les derniers détails de l’expédition avec les trois sherpas qui les accompagneront.

Romero, qui a déjà gravi les plus hauts pics des six autres continents -dont le Kilimanjaro à dix ans- espère inscrire l’Everest à son palmarès en mai.

Jordan et ses deux sherpas: Karma & Dawa

Mais ce sera sa première montagne à plus de 8000 mètres d’altitude.

«Ca va être drôlement coriace! Ce sera peut-être la première de plusieurs tentatives. Cela pourra prendre plusieurs années, mais je suis déterminé à y parvenir. Si je n’atteins pas le sommet cette fois-ci, je tenterai une prochaine fois» a assuré le jeune homme.

L’expédition prévoit de s’acclimater à l’altitude lors des camps de base et de s’attaquer en mai au sommet. Jordan a toutefois pris soin de prendre ses cahiers de mathématique, a promis de tenir un journal de bord et a prévu d’écrire des fiches de lecture lors des périodes d’acclimatation à l’altitude.

Vous pourrez suivre l’ascension de l’Everest par ce prodige de l’alpinisme sur www.jordanromero.com